Notre conception de l'élevage

 

L'épagneul breton est un chien de chasse, et donc ce critère constitue dans tous les cas une condition "sine qua non"!

Pour le chasseur qui se procure un épagneul breton pour la chasse, et quand bien même il pratiquerait son sport plusieurs jours par semaine, cette activité n'occupera pas plus d'une quarantaine de jours par an.

Il reste donc quelques 320 jours où le comportement du chien dans la maison sera déterminant pour l'agrément de son propriétaire.

Aussi, la deuxième condition impérative est que le chien soit agréable à vivre, sans agressivité, sans nervosité excessive, ni aboiements ininterrompus, qu'il soit propre et tienne compagnie à la maîtresse de maison dans sa cuisine et son salon, qu'il participe aux jeux des jeunes enfants, qu'il ne divague pas n'importe où dès qu'une porte est ouverte.

De même, si l'épagneul breton est un chien peu fragile, il n'en demeure pas moins que sa santé dépend en bonne part des soins reçus dans les premières semaines, ainsi que de l'utilisation de géniteurs irréprochables.

Nous avons choisi de ne pas chercher uniquement à produire des champions. D'ailleurs, si un champion se fabriquait à la demande, cela se saurait et les rues en seraient pleines!

En revanche, nous pensons que si nous produisons avec une grande constance des sujets présentant de bonnes aptitudes pour la chasse, et une morphologie correcte, il se trouvera obligatoirement des chiens qui dépasseront le niveau habituel du lot, et, si leurs propriétaires veulent bien faire le sacrifice de tenter une carrière de field-trial ou d'exposition, ils pourront se joindre aux champions déjà issus de notre élevage.  Ce fut en particulier le cas pour Twist du Hameau de Sorny, à Jean-Louis Goasdoué, qui devint Champion de Printemps, et Champion d'Automne (dès sa première saison dans la discipline), finissant en première position de l'échelle des valeurs solo de l'automne 2006, et deuxième en couples à l'automne 2007, ainsi que deuxième en couples au printemps 2008!! De même pour Cannelle, et pour Guss.

D'ailleurs, notre avis est que l'hérédité affecte beaucoup plus la morphologie des chiens que leur caractère, et que l'environnement dans lequel se développe un chiot fait au moins autant pour son éventuelle carrière de field-trial que les gènes dont il aura hérité de ses parents. Nous pensons qu'une lecture attentive des résultats publiés dans les "échelles de valeur" publiées dans le bulletin du Club de l'Epagneul Breton en fait la démonstration.

Nous sélectionnons toujours les géniteurs de nos portées en considérant les résultats obtenus par les cinq générations qui les précèdent, en visant une bonne moitié d'ascendants champions de travail ou trialers. Les hanches de nos chiens étant contrôlées depuis 1977, donc bien avant que des dispositions officielles aient été prises, nous veillons avec un soin jaloux à ne pas dégrader notre acquis.

C'est aussi une des raisons pour lesquelles nous hésitons à utiliser l'étalon "à la mode", dont les ancêtres nous sont moins bien connus, et surtout lorsque ceux-ci portent des affixes très variés, car nous sommes d'avis qu'ainsi la continuité des qualités est loin d'être assurée. Nous préférons pratiquer une certaine consanguinité, sur les meilleures lignée de notre élevage, ou d'autres élevages qui ont utilisé nos meilleurs étalons.

Les soins que nous apportons au choix de nos reproducteurs, ainsi que les résultats obtenus par les sujets issus de notre élevage nous ont permis d'obtenir le titre très rare d' ELEVAGE SELECTIONNE PAR LA SOCIETE CENTRALE CANINE, titre qui a été reconduit sans solution de continuité depuis 1990... et jusqu'à ce que ce titre devienne obsolète, près de vingt ans plus tard!

Classement de notre élevage

Bien que nous n'élevions que depuis 1985, le palmarès des meilleurs élevages, de 1947 à 2008, publié par le CLUB DE L'EPAGNEUL BRETON nous situe:

Prolificité de nos chiennes:
En 29 ans, nous avons produit 85 portées d'épagneuls bretons pour un total de 503 chiots, mais avec un nombre très variable de chiots.
A ce jour:
-Portées de moins de 5 chiots chacune: 34% du nombre total de portées, mais seulement 11% du total de chiots produits
-Portées de 5 à 7 chiots chacune: 54% du nombre total de portées, et aussi 54% du total de chiots produits
-Portées de 8 à 10 chiots chacune: seulement 24% du nombre total de portées, mais 35% du total de chiots produits
...et on retrouve ainsi une prolificité moyenne de 5,9 chiots, très légèrement supérieure à la moyenne observée pour la race, laquelle est de 5,6 chiots par portée.

(Dernière mise à jour: 25 Février 2014)